Comparatif des tarifs GSM au Maroc : Inwi, Méditel et Maroc Telecom – Novembre 2010

Après avoir passé quelques mois à observer le comportement du nouvel entrant sur le marché GSM, IAM et Méditel sont passés à l’offensive en réduisant significativement leurs tarifs, et rendant leur lecture beaucoup plus simple. Ils répondent ainsi à une forte attente des consommateurs qui cherche à communiquer moins cher, tout en ayant de la visibilité sur ce qu’ils paye vraiment.

Cette offensive d’IAM et de Méditel s’explique également par l’effritement de leurs parts de marché au profit d’Inwi. Selon les derniers chiffres de l’ANRT, Inwi est passé à plus de 10% de parts de marché, en moins d’un an d’existence! Mais à y regarder de plus près, l’explication est ailleurs. Avec un taux de pénétration qui avoisine les 97%, il ne faut surtout pas croire que 97% des habitants sont équipés d’un téléphone portable. Le dénominateur du ratio étant le nombre d’habitants au Maroc, le chiffre inclut donc des bébés, des enfants, des personnes vivant dans des zones non couvertes… Cela peut s’expliquer uniquement par un taux multi-équipement de plus en plus élevé. Les opérateurs sont parfaitement conscients que beaucoup de consommateurs utilisent plusieurs cartes SIM à la fois, afin de bénéficier des tarifs les plus avantageux, en fonction de l’opérateur de la personne appelée. Et c’est justement une des raisons qui a sans doute poussé IAM et Méditel à unifier leurs tarifs, quelque soit l’opérateur, en espérant regagner des parts de marché dans les mois à venir.

IAM et Méditel se sont donc alignés sur Inwi en offrant un tarif unique vers tous les opérateurs à toute heure de la journée. Ce tarif est actuellement de 3,6 DH / minute pour les deux opérateurs. Par contre, ils continuent à facturer suivant une première minute indivisible, puis des paliers de 20 secondes pour IAM et de 30 secondes pour Méditel.

Résultat, il devient encore plus difficile de comparer les prix, tant les prix sont proches. Le graphe et le tableau suivant peuvent en témoigner  :

Corriger les prix des communications par l’effet des doubles recharges n’est pas vraiment utile pour cette fois. Inwi s’y est mis aussi, et il suffit de diviser les prix par deux pour obtenir le prix réel des communications. De plus, les opérateurs misent sur des offres ponctuelles, mais de moins en moins compréhensibles par les consommateurs (double recharge avec bonus, minutes de bonus le soir…), ce qui rend la comparaison en incluant cet effet encore plus difficile.

Quel est donc l’opérateur le moins cher en prépayé? Tout dépend de votre profil de consommateur. Si vous n’appeler que pour des durées généralement courtes (moins d’une minute), Inwi devrait vous convenir parfaitement, à condition que vous soyez satisfaits de la qualité du réseau. Mais si vous appelez pour des durées plus longues, optez plutôt pour IAM ou Méditel, avec un avantage pour ce dernier qui propose des formules assez innovantes pour les personnes qui préfèrent appeler en journée, en soirée, ou pendant des durées assez longues.

Aura-t-on droit à de nouvelles baisses dans un futur proche? Il semble bien que non. Bien que les tarifs d’interconnexion entre opérateurs devraient baisser petit à petit d’ici 2013, une nouvelle baisse n’est pas acquise. Mais seul l’avenir nous dira comment les opérateurs réagiraient si la baisse des parts de marché de IAM et de Méditel se confirme.

Message de service aux employés d’Inwi : Merci de plus poster de commentaires en vous faisant passer pour de simples consommateurs.

Petite image en bonus d’une antenne GSM sous forme d’un palmier à Marrakech!


Comparatif des forfaits et abonnements GSM de Maroc Telecom, Méditel et Inwi

Les 3 opérateurs marocains de téléphonie mobile ont récemment remodelé leurs offres de forfaits et abonnements post-payés, ce qui semble être une conséquence directe de la baisse des tarifs d’interconnexion décidée par l’ANRT.

Incluant plus de gratuités qu’auparavant, ces offres visent à convertir un maximum d’abonnés prépayé vers du postpayé. L’objectif final est de maximiser l’ARPU (Average revenue per user, ou revenu moyen par utilisateur) des opérateurs, qui est aujourd’hui de l’ordre de 91 Dh pour Maroc Telecom et 43 Dh pour Méditel (celui d’Inwi n’est pas encore connu).

Ci-dessous un tableau comparatif de 3 offres représentatives de l’entrée de gamme, moyen de gamme, et du haut de gamme des forfaits post-payés de Maroc Telecom, Méditel et Inwi.

Une première analyse du tableau fait ressortir une grande similitude entres les offres. Les trois opérateurs ont plus ou moins aligné leurs offres, et il n’existe plus de grandes disparités sur le marché.

Mais il semble tout de même que Méditel sort gagnant de ce comparatif. Malgré des prix un petit peu plus élevés que ses deux concurrents (pas plus de 20 Dh à chaque fois), il propose pour tous ses forfaits une durée équivalente après épuisement, utilisable  les soirs, weekend et jours feriés vers tous les opérateurs nationaux et vers les fixes de France, d’Espagne, d’Italie, de Belgique, de Royaume Uni, d’Allemagne, des Etats Unis et du Canada.

L’offre de Maroc Telecom est assez proche, mais impose quelques limitations. Les minutes offertes après épuisement du forfait ne sont pas aussi généreuses que celles de Méditel, la durée de communication vers le numéro illimité est en fait limitée à 30h par mois, et le débit est baissé à 128 Kb/s une fois le seuil de 4 Go de téléchargements est dépassé.

Quant à Inwi, l’offre peut sembler à priori très intéressante, si ce n’est le nombre assez faible des abonnés Inwi. L’opérateur semble beaucoup miser sur l’effet réseau en offrant des communications illimitées vers les numéros Inwi, mais sera pour le moment limité par sa faible pénétration du marché (10% selon les derniers chiffres de l’ANRT – Septembre 2010). L’opérateur souffre également de sa couverture réseau plus faible que celle de ses concurrents, mais qui sera amenée à s’améliorer durant les prochains mois. Cependant, on peut facilement imaginer des familles entières s’équiper en cartes SIM Inwi, et bénéficier de communications gratuites entre tous ses membres.

L’autre bonne nouvelle de ces offres, c’est que tous les opérateurs offrent une connexion Internet à leurs abonnés post-payés. Ce qui ne pourra que favoriser la pénétration d’Internet mobile sur le marché, et développer de nouveaux usages du téléphone mobile. En attendant l’apparition d’applications mobiles spécifiques au marché marocain…

Le défi des opérateurs d’augmenter leur ARPU tout en offrant plus de temps de communication à leurs abonnés semble bien parti. Espérons qu’ils continueront à innover en incluant de nouveaux services dans leurs offres à des prix encore plus compétitifs!

Plus de détails sur les offres post-payés :

L’étrange règlement du concours Android de Méditel

Méditel continue de miser sur le développement de contenu marocain, et lance une opération inédite au Maroc : un concours de développement sur la plateforme Android de Google. Comme il n’existe à ce jour aucune application Android spécifique au Maroc, Méditel voulait utiliser son image de marque pour promouvoir le développement d’un contenu utile au marocains disposant d’un smartphone Android.

Et l’opérateur offre des récompenses bien alléchantes aux lauréats : un voyage aux US pour assister à la conférence I/O Google, des PC portables, des abonnements 3G…

Sauf qu’une clause très étrange dans le règlement du concours, vient noircir le tableau. Selon le règlement du concours, dès que vous soumettrez votre application au Challenge, Méditel devient propriétaire de l’application et détient tous les droits de l’utiliser et de l’exploiter (Alinéa 7) :

Par sa simple participation au Challenge, le Participant confère à MEDI TELECOM une licence perpétuelle, irrévocable, à l’échelle mondiale, sans droits d’auteur, et non exclusive pour utiliser, exploiter, reproduire, effectuer publiquement et créer toute œuvre dérivée de toute Application présentée par lui dans le cadre du Challenge, et communiquer, afficher, montrer ou autrement promouvoir l’Application. En outre, le Participant reconnaît et accepte que MEDI TELECOM aura le droit d’utiliser, exploiter, commercialiser, distribuer, reproduire, communiquer au public l’Application, y compris à titre indicatif et non limitatif, le droit de mettre en place des captures d’écran, des animations et des vidéo clips aux fins de promotion de l’Application.

En gros, en échange d’une participation au concours, vous cédez tous vos droits d’auteurs à Méditel. Si vous diffusez l’application gratuitement ou moyennant finances sur l’Android Market, Méditel peut vous poursuivre en justice, car l’opérateur en détient les droits.

Connaissant le milieu des développeurs, très peu accepteraient de céder les droits de leur application, et préfèreraient de loin la publier sous une licence libre (donc code source ouvert et modifiable à volonté), ou de la commercialiser directement sur l’Android Market.

Espérons que Méditel rétablira très vite des conditions plus équitables dans le règlement du concours.

Comparatif des tarifs GSM au Maroc : Inwi, Méditel et Maroc Telecom

Les chiffres de ce post étant obsolètes, merci de vous référer au dernier comparatif des tarifs de GSM prépayé au Maroc.

Le lancement récent d’Inwi a certainement bousculé le paysage de la téléphonie mobile au Maroc, ne serait-ce que par l’introduction de la tarification à la seconde. Longtemps réclamée par les consommateurs, qui s’attendaient plutôt à une décision règlementaire de l’ANRT permettant aux consommateurs de ne payer que ce qu’ils ont consommé, la solution est finalement venue du dernier venu dans le monde GSM au Maroc. Mais cela poussera-t-il les autres opérateurs à adopter le même mode de facturation? Rien n’est moins sûr!

Méditel et Maroc Telecom mettent aujourd’hui en valeur leur tarification plus avantageuse que celle d’Inwi. Avec le système des doubles (voire triples) recharges, les 2 opérateurs pratiquent en réalité des prix bien inférieurs à ceux d’Inwi, une fois un certain palier dépassé.

Un tour dans les sites web des 3 opérateurs permet de dresser le tableau suivant :

Tableau comparatif des tarifs GSM en prépayé des 3 opérateurs au Maroc

Si on prend en compte des recharges en prépayé uniquement effectuées pendant les périodes de promotion de double recharge (ce qui est pratiquement le cas pendant toute l’année!), on peut comparer les prix des communications comme suit :

Tableau comparatif des tarifs GSM en prépayé des 3 opérateurs au Maroc (corrigés des promotions de double recharge)

Première remarque, le système de tarification de Méditel et Maroc Telecom est bien trop compliqué pour les consommateurs. Un récent sondage l’a d’ailleurs souligné, les marocains ne font plus confiance aux promotions des opérateurs, tant le système est complexe et peu transparent. Et Inwi l’a bien compris en introduisant une tarification unique vers tous les opérateurs, quelle que soit l’heure de la journée.

Deuxième remarque, les prix restent chers, au point que l’Union Internationale des Télécommunications a classé le Maroc comme 2ème pays arabe le plus cher en terme de communication mobile, après les Iles Comores.

Troisième remarque, les opérateurs font peu d’efforts pour convertir leur clientèle prépayée en clientèle post-payée… La première représente 95% du parc total, et même les plus aisés d’entre eux ne semblent pas motivés à sauter le pas, et à souscrire à un abonnement, tant les avantages ne sont pas importants par rapport à la liberté de recharger son téléphone quand on veut.

Avec un taux de pénétration de 80%, les opérateurs devront désormais se battre pour fidéliser et garder leur clientèle. Il en va surtout de leur santé et de leur pérennité financière!

Offres GSM de Inwi : Peut mieux faire!

Le suspens est enfin terminé, et Inwi a finalement dévoilé ses offres après avoir obtenu la licence GSM en Février 2009.

Premier changement, la marque. Wana devient désormais Inwi. Ce changement de dénomination est assez inhabituel pour une marque lancée il y a à peine 3 ans. Mais il semblerait que le nouveau management souhaitait une rupture totale avec l’image négative qu’avait Wana sur certains services. Le départ de Karim Zaz, ex-PDG, resté à la tête de Maroc Connect, puis de Wana, pendant une bonne décennie s’est fait la veille du lancement de l’offre commerciale d’Inwi. Tout un symbole.

Qu’en est-t-il des offres proposées par Inwi? Première bonne nouvelle, la facturation se fera à la seconde, dès la première seconde, pour les offres pré-payées (Tic-Tac). Ce qui est en complète rupture avec ce que proposait les 2 autres opérateurs, qui facturaient entièrement la 1ère minute, puis par paliers de 20 ou 30 secondes. Mais le prix reste néanmoins élevé : 4,2 Dh/minute (ou 7 centimes/seconde), soit un prix comparable à celui pratiqué par Méditel ou Maroc Telecom. Petit comparatif des prix des communications en pré-payé :

L’instauration de la tarification à la seconde, est une vieille revendication des consommateurs, qui n’ont trouvé que le “bip” pour contourner la cherté des prix de la communication. Selon une récente étude, 74% des usagers de la téléphonie mobile utilisent le “bip” pour faire passer un message, ou pour demander à se faire rappeler. Autant dire que ce sont des ressources réseau consommées, mais qui ne rapportent rien aux opérateurs! Inwi a donc bien compris, que la majorité des communications téléphoniques ne durent pas plus d’une minute, et que le consommateur ne veut pas payer ce qu’il n’a pas consommé.

Concernant les offres post-payées (abonnements et forfaits), Inwi ne va pas appliquer une tarification à la seconde! La première minute sera indivisible, et la facturation se fera ensuite par paliers de 20 secondes. Un forfait de base (2h) avec une option de plafonnement, coutera 240 Dh chez Inwi. Soit un prix à la minute exactement pareil à celui de Méditel (forfait 1h30) ou Maroc Telecom (1h30). Pour les 3 opérateurs, le prix de la minute revient à 2 Dh pour ces forfaits de base. Les 3 opérateurs proposent également la gratuité des appels vers leur propre réseau, stratégie commerciale qui pousse les clients à épuiser leur forfait, pour passer à des paliers de tarification hors forfait nettement plus chers. A mon avis, le segment du post-payé est celui où il y a le plus de clients à conquérir. Le pourcentage de clients en post-payé n’est que de 10%, et d’importantes parts de marché peuvent être grignotées si les prix sont suffisamment attractifs.

Par ailleurs, Inwi semble cibler des niches plutôt délaissées par les autres opérateurs. L’opérateur cible les jeunes cadres actifs, et lance une offre de Blackberry en pré-payé, à 90 DH/semaine ou 200 DH/mois. L’opérateur cible également les jeunes utilisateurs de MSN (ou Windows Live Messenger), et leur propose des pass allant de 5 DH/heure à 30 DH/semaine.

Toutefois, dans un marché où le taux d’équipement est de 80%, il est essentiel pour un nouvel opérateur de proposer l’option de portabilité du numéro. Elle permet à un usager de passer à un nouvel opérateur, sans changer de numéro. L’option est possible depuis quelques mois chez les autres opérateurs, mais elle a la réputation d’être assez fastidieuse. Inwi a tout intérêt à la faciliter au maximum pour ses nouveaux clients. Mais le fait de proposer des cartes SIM à 20 Dh, poussera les clients à s’équiper d’une puce Inwi, ne serait ce que pour pouvoir bénéficier d’offres promotionnelles, sans pour autant en faire son numéro principal. Inwi a d’ailleurs annoncé  une offre de lancement permettant d’offrir 10 DH par jour, pendant 100 jours (soit 1000 DH de communications au total), à condition que le client paye au moins une minute de communication par jour.

Mis à part la tarification à la seconde, les offres d’Inwi ne s’inscrivent pas vraiment dans un esprit de rupture. Les prix pratiqués restent alignés sur le marché, même si le dernier Conseil d’Administration de l’ANRT préconisait une baisse des tarifs de la téléphonie mobile au Maroc à court et moyen terme. Comment faire? Inwi ne semble pas vouloir entrer dans une guerre des prix pour le moment. Il faudra bien rentabiliser les investissements consentis!

Comparatif des offres Internet 3G au Maroc

Internet 3G Maroc

Le parc des abonnées aux offres Internet 3G au Maroc a dépassé, pour la première fois en 2009, le nombre des abonnés aux offres ADSL. Selon le dernier rapport de l’ANRT, on compte à fin Septembre 2009, plus de 560 000 abonnés aux offres Internet 3G, contre moins de 480 000 abonnés aux offres ADSL. Le marché 3G est détenu à 60% par Wana, 20% pour Maroc Telecom, et 20% par Méditel. On constate d’ailleurs une diminution du nombre des abonnés ADSL sur le 3ème trimestre 2009, sans doute convertis aux offres 3G des concurrents de Maroc Telecom.

Alors que dans la plupart des pays, la technologie 3G est réservée majoritairement à l’accès Internet via des téléphones mobiles, on remarque paradoxalement au Maroc que son usage est très majoritairement orienté pour l’accès Internet via des ordinateurs. Comment expliquer ceci? Tout d’abord, le taux de pénétration de la téléphonie fixe est assez faible. Le Maroc dispose de moins de 1 300 000 lignes fixes (hors lignes en mobilité restreinte de Wana), soit un taux de pénétration d’un peu plus que 4% de la population. Lancer des offres d’accès à Internet en visant uniquement des clients disposant de lignes fixes, revient à restreindre fortement la cible. Ensuite, les tarifs de dégroupage total imposés par l’opérateur historique, Maroc Telecom, sont tellement élevés, qu’ils découragent tout opérateur de se lancer sur le créneau d’accès Internet via ADSL.

Les offres d’accès à Internet via 3G se sont donc multipliées. Comment alors faire un choix parmi les offres proposées? On retiendra 3 éléments principaux : le prix, la qualité de connexion, et la couverture réseau.

Le prix :

Avec ou sans engagement, le prix pour une connexion de 1.8 Mbps est pratiquement le même chez les 3 opérateurs : 200 DH / mois. Il s’agit bien entendu d’un débit théorique, donc jamais atteint… Maroc Telecom et Meditel offrent également des débits plus élevés de 3.5 et 7.2 Mbps (vous avez bien lu que c’était théorique?), pour lesquels il faudra débourser respectivement 350 DH et 600 DH.

Le prix d’achat d’un modem 3G va de 400 à 500 DH, mais il est offert en cas d’engagement pour 18 mois chez Wana, ou pour 24 mois chez Maroc Telecom ou Méditel.

La couverture réseau :

Si vous habitez dans une grande ville au Maroc, vous êtes à priori couvert par un réseau 3G. Mais en jetant un coup d’œil rapide aux cartes de couverture 3G des opérateurs, il semble que Wana prend les devant. Toutes les villes de plus de 100 000 habitants (à l’exception de Laayoune) sont couvertes par la 3G. Méditel vient en 2ème position avec une couverture légèrement inférieure à celle de Wana. Maroc Telecom ne fournit pas assez d’informations, mais semble être loin derrière en matière de couverture. D’ailleurs, ses modems sont configurés pour basculer automatiquement en connexion GPRS (donc 2G), en cas de non disponibilité du réseau 3G. Inutile de préciser que le débit peut être divisé par 20, voire plus…

La qualité de connexion :

Le véritable point faible de l’offre 3G au Maroc. Il suffit de faire un tour sur les forums (ici, , ou ) pour avoir une idée sur la déception dont font part beaucoup d’utilisateurs. La raison en est simple : certains réseaux ont été mal dimensionnés pour faire face à un tel engouement des marocains pour Internet. Du coup, tout le monde se retrouve à se plaindre de débit souvent médiocres, et de coupures fréquentes.

Sur ce point, il est très difficile de faire un comparatif, tant les éléments varient d’un quartier à une autre, et que les débits varient beaucoup selon l’heure de la journée. Mais beaucoup d’utilisateurs reportent qu’il existe un avantage relatif de Wana par rapport à ses deux concurrents. Pas étonnant donc qu’il s’approprie 60% de part de marché.

Ceci dit, Wana devient de plus en plus victime de son succès, et la qualité de la connexion s’en ressent. Sans investissements massifs dans l’amélioration des débits actuels, il risque de perdre son avantage concurrentiel sur le marché. Méditel continue de déployer son réseau au Maroc, et compte améliorer sa couverture et la qualité de son débit. Maroc Telecom, confronté à une stagnation des abonnements ADSL, mise beaucoup sur la 3G, où le potentiel de croissance est désormais le plus élevé. Il compte investir massivement pour rattraper son retard et améliorer la qualité de son réseau. Et la donne risque rapidement de s’inverser en matière de parts de marché.

Conclusion :

On a donc vu que la comparaison au niveau des prix était inutile. Ils sont quasiment les mêmes chez les 3 opérateurs. Comment se décider alors? La meilleure solution serait de tester la qualité du réseau 3G des 3 opérateurs dans l’endroit où l’on compte se connecter le plus (à son domicile par exemple). Empruntez les modems des 3 opérateurs de chez des amis, et voyez avec lequel vous êtes le plus satisfait!

Et vivement le Wimax!

Configuration du Sagem Fast 800 de Menara sous Ubuntu : Changement de paramètres

Les abonnés de Maroc Telecom, utilisateurs de Ubuntu, et connectés avec un modem Sagem Fast 800 ont eu beaucoup de mal à se connecter ces derniers jours. Et pour cause, notre cher opérateur national a changé, sans avertir, ses paramètres de connexion.

Il faut désormais choisir le PPOE comme méthode d’encapsulation, au lieu du PPOA.

Si vous utilisez cette interface pour configurer votre connexion, je vous propose de migrer vers un outil beaucoup plus convivial.

Sagem Fast 800
Il s’agit de UbuDSL qui dispose d’une interface très simple à utiliser et riche en fonctionnalités.

UbudslIl dispose également d’un applet, qui permet de voir à partir de la barre de tâche l’état de la connexion. Il est même plus riche que l’outil traditionnellement livré sous Windows.

Pour modifier les paramètres par défaut de Maroc Telecom, choisissez de personnaliser les paramètres, et sélectionnez le protocole PPOE au lieu du PPOA. Les VPI et VCI restent inchangés à 8 et 35.

UbuDSL Menara

PS : J’ai essayé de joindre les développeurs pour qu’ils effectuent ces modifications dans les paramètres par défaut, mais il semble que le projet a été temporairement suspendu. Dommage pour un logiciel d’une telle qualité.

Maroc Telecom lance son offre Triple Play : La MT Box

MT Box

 

Plus d’informations sur la MT Box sur ce nouvel article : http://www.elhyani.net/mt-box-ou-larnaque-par-maroc-telecom/

Maroc Telecom a annoncé le lancement d’une offre Triple Play (Internet, Téléphonie IP, Télévision) via un boitier appelé MT Box. En gestation depuis plusieurs années dans les laboratoires de l’opérateur, ce projet a été reporté à plusieurs reprises, et attendait l’autorisation de l’ANRT. Mais plusieurs observateurs soulignent la réticence de Maroc Telecom à lancer ce projet, face au manque de dynamisme et à la concurrence quasi-inexistante sur le segment de l’ADSL.

Jetons un coup d’œil aux détails de l’offre :

MT BOX MT BOX PLUS MT BOX SILVER MT BOX GOLD
Téléphonie FixeInternet ADSL 128 Kb/sBouquet TV Accès

Téléphonie Fixe

Internet ADSL 512 Kb/s

Bouquet TV Accès

Téléphonie Fixe

Internet ADSL 1 Mo

Bouquet TV Accès

Téléphonie Fixe

Internet ADSL 2 Mo

Bouquet TV Accès

299 DH TTC
349 DH TTC
389 DH TTC
479 DH TTC

Options :

  • Option TV Prestige : 99 DH TTC
  • Option TV Evasion : 169 DH TTC
  • Option CANAL+ : 99 DH

A première vue, l’offre a l’air intéressante, sauf quand on s’intéresse au débit! Offrir à des abonnés un débit de 128 Kbps (à peine supérieur à celui du RTC!) en 2009 relève de l’offense! Alors qu’on ne parle que de méga dans les pays voisins, Maroc Telecom se permet encore de vendre du 128 Kbps à un prix incroyablement élevé pour le niveau de vie des marocains.

Filiale à 53% de Vivendi, Maroc Telecom devrait voir de plus près les offres de SFR, l’autre filiale française de sa maison mère. Personnellement, je n’aime pas comparer, comme beaucoup le font, deux pays qui sont loin d’êtres au même niveau de développement économique. Mais intéressons nous tout de même aux offres des deux filiales de Vivendi. Comme pour les offres de Free (et sa fameuse Freebox), la Neuf Box de SFR propose des débits allant jusqu’à 20 Mbps (en fonction de l’éloignement du domicile du répartiteur ADSL local), 110 chaînes TV incluses au bouquet basique et le téléphone fixe illimité vers 90 pays dans le monde. Le tout pour 30€ par mois (330 DH). Pour pouvoir comparer cette offre avec celle de Maroc Telecom, il faudra prendre celle qui offre le débit le plus élevé (2Mbps), et ajouter l’option Evasion qui offre le nombre maximal de chaînes TV. On sera alors à 648 Dhs!

Si on compare donc le niveau des services offerts, avec le prix et le pouvoir d’achat des deux pays, on se dit clairement qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Chez nos voisins algériens, Assila Box (exagérément appelée Five Play!) offre un débit unique de 512 Mbps, un bouquet de 18 chaînes, et la téléphonie illimitée entre abonnés d’Assila Box pour 2500 Dinars algériens (environ 280 Dhs). L’offre n’est pas tout à fait comparable, mais elle nous donne un ordre de grandeur sur ce qui se fait chez nos voisins. Là encore, les 128 Kbps de Maroc Telecom deviennent ridicules.

Mais ne nous voilons pas la face. La vache à lait de Vivendi, profite de sa position dominante comme opérateur historique sur le marché pour donner le tempo, et imposer ses tarifs. Mais il n’est pas le seul responsable. L’ANRT est devenu complice (volontairement ou involontairement?) de cette situation. Les tarifs de dégroupage (total ou partiel) qui permettrait à un concurrent d’utiliser l’infrastructure de l’opérateur historique sont exorbitants et dissuasifs. Ni Méditel, ni Wana n’ont choisi d’aller sur le segment ADSL, et ont préféré recourir aux technologies d’Internet mobile 3G, avec les débits et la qualité médiocres que l’ont connaît. Seule une règlementation plus stricte, et plus contraignante pour l’opérateur historique permettra une émergence d’une offre Internet digne de ce nom au Maroc, à l’image de la success story de la téléphonie mobile.

Site MT Box : www.mtbox.ma

Plus d’informations sur la MT Box sur ce nouvel article : http://www.elhyani.net/mt-box-ou-larnaque-par-maroc-telecom/

La troisième licence GSM attribuée à Wana

Logo Wana

L’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) a annoncé aujourd’hui l’attribution de la troisième licence GSM à Wana, après un appel d’offres international, pour lequel seul Wana était en lice. Contrairement à la 2ème licence GSM attribuée à Meditelecom en 1999 pour un montant de 11 Milliards de Dirhams, Wana devra verser à l’ANRT une contribution financière annuelle équivalente à 1,5% du chiffre d’affaires sur le segment GSM, en plus de 36 millions de dirhams comme contribution au réaménagement du spectre des fréquences.

A signaler que Wana est déjà titulaire de deux licences : une première attribuée en 2005 concernant les services de nouvelle génération, utilisée pour commercialiser les services sous la marque Bayn, et une seconde attribuée en 2006 concernant les services 3G, utilisée notamment pour l’offre tant critiquée de Internet mobile.