Jan
20
2011

Révolution tunsienne : Et le Maroc dans tout cela?

Le dictateur est tombé. La Tunisie respire et savoure sa révolution des jasmins construite sur le sang de dizaines de martyrs. Jamais un état arabe ne s’était débarrassé de la sorte de son dictateur. Seuls la Faucheuse, un putsch ou une invasion étrangère pouvaient les écarter de leurs confortables fauteuils.

Tirer à balles réelles sur les manifestants aura été la goute qui a fait débordé le vase des tunisiens. Ils n’en pouvaient plus de ce régime mafieux, oppressant et sanguinaire. Et le soutien de l’armée fut crucial dans ce combat. Fidèle à un principe de non-ingérence qui datait de l’ère Bourguiba, elle a obligé Ben Ali à fuir pour éviter un bain de sang. A noter que l’armée tunisienne ne dispose que de 35 000 hommes contre 120 000 hommes pour la police! C’est dire le degré de “policiarisation” du pays!

Maintenant, la question que se posent beaucoup : est-ce que cette révolution sera contagieuse?

Quoique disent les dirigeants arabes et leurs agences de presse, aucun régime arabe n’est considéré par les standards internationaux comme démocratique, ni même hybride. Ils sont tous classifiés comme autoritaires, doux euphémisme dont héritent également certaines dictatures sanguinaires.

Mais les conditions sont loin d’être les mêmes pour tous les pays. Si dans une très grande majorité, le pouvoir est soutenu par l’armée, des subtilités existent. Certains prétextent un état d’urgence instauré depuis les premières guerres contre Israël, d’autres invoquent les spécificités religieuses et culturelles de leurs peuples, sans oublier ceux qui prétendent avoir dépassé le stade de la démocratie et avoir atteint la perfection en terme de gouvernance (se référer au chapitre correspondant dans le Livre Vert).

Qu’en est-il au Maroc? Peut-on s’attendre à des évènements similaires?

Mis à part chez d’irréductibles 9% nihilistes, la monarchie marocaine reste très populaire. Le fameux sondage du Monde/Telquel l’avait bien confirmé à ceux qui en doutaient encore.

La situation économique est par contre assez similaire. Dépourvus de richesses pétrolières, les deux pays comptent beaucoup sur le tourisme ainsi que l’industrie et services tournés vers l’export comme importants générateurs d’emploi et de rentrées en devises. La crise mondiale a eu des effets négatifs sur les carnets de commande et du coup sur l’emploi, surtout dans le secteur du textile. Par ailleurs, les taux de chômage des jeunes reste très important, à une différence près pour la Tunisie qui “produit” plus de diplômés de l’enseignement supérieur (comparés à la population totale).

Les Trabelsi/Ben Ali avaient constitué un clan tentaculaire qui a pris le contrôle d’une très grande partie de l’économie tunisienne. On retrouvait leurs traces dans tous les secteurs (les plus juteux surtout), et n’hésitaient pas à mettre à genou leurs concurrents sans se soucier d’aucune règle de droit. Beaucoup de chefs d’entreprises tunisiens préféraient garder des parts de marché modestes dans leurs secteurs, et faire profil bas, plutôt que de devenir trop voyants et de susciter des convoitises inutiles de la part du clan régnant.

Au Maroc, il existe un terme pour définir cette sphère économique qui bénéficie des faveurs et de la proximité avec le pouvoir : le “Makhzen économique”. On est certes loin de l’hégémonie des Trabelsi/Ben Ali, mais certains secteurs sont loin d’être tout à fait concurrentiels. Prenez par exemple celui du sucre, de l’huile, ou de la grande distribution. Et les faveurs du pouvoir ne manquent pas pour certains acteurs de l’immobilier, de la finance, de l’agriculture, voire même des panneaux publicitaires!

Les investisseurs étrangers souhaitant s’installer au Maroc s’en plaignaient souvent et déchantaient très vite à l’idée d’investir dans des secteurs “pas très fair”. La fusion ONA/SNI et son intention de réduire ses participations dans ses filiales agro-alimentaires vient sans doute après des pressions européennes dans le cadre de l’accord du Statut Avancé entre le Maroc et l’Union Européenne.

Et le PAM dans tout cela? Peut-on vraiment comparer le RCD tunisien à notre PAM national? Si la proximité au pouvoir est commune aux deux, les schémas sont totalement différents. D’un coté nous avons un parti quasi-unique baignant aux cotés d’une opposition fantoche, et d’un autre, un parti makhzanéen dont la création remonte à 3 ans, qui rafle tout ce que le pays compte comme opportunistes et qui a pour principal but d’affaiblir les autres formations politiques et de servir les intérêts obscurs du Makhzen. Celui-ci devrait être conscient que le rôle d’un parti politique est surtout d’encadrer les citoyens et de porter leurs revendications. Créez le vide politique, et ces revendications finiront par s’exprimer dans la rue, avec tout le risque de violences que cela peut engendrer.

Sur le plan de la liberté d’expression, la différence reste tout de même notable. Si la presse et les médias étaient complètement muselés et Internet largement censuré en Tunisie, une certaine marge de manœuvre existe au Maroc. Mais avec la fermeture de plusieurs journaux et magazines, et les condamnations lourdes de journalistes, ces libertés sont entrain de reculer sérieusement.

On n’a peut-être pas besoin d’une révolution au Maroc, mais on a besoin d’une très sérieuse remise en question de tout ce qui a été fait durant les dix dernières années dans le pays. Des réorientations politiques et des réformes constitutionnelles sont nécessaires pour corriger le tir. Et qu’on arrête de nous dire qu’il faut arbitrer entre respect des libertés et prospérité économique. L’un ne peut marcher sans l’autre. La Tunisie en est aujourd’hui la preuve.

Quelques liens :

Par Omar in: Libertés,Maroc,Politique | Tags: , , , | 8294 vues |




12 Commentaires »

  • aouni says:

    Ben Ali (aussi) était très populaire en Tunisie. Dans les sondages, et dans le quotidien, un tunisien lambda témoigne toujours de sa gratitude envers le président Ben Ali qui a assuré la stabilité et le développement du pays. Ca me rappelle qqch ?

  • M says:

    Belle analyse à laquelle j’adhère complétement. La situation actuelle au Maroc est certes un peu moins grave, mais on se rapproche dangereusement du modèle tunisien de Ben Ali avec toutes les conséquences que cela comporte.
    Le roi n’est pas encore remis en question (j’espère que la monarchie ne le sera pas mais cela dépend du comportement du roi) mais de plus en plus d’évènements indiquent qu’il est complices d’un entourage qui déstabilisera peut-être le pays: Il a fermé et continue de fermer les yeux sur plein de choses (corruption au haut niveaude l’administration, spoliation des ressources minières et halieuthiques entre autres, détournement de fond par les hauts gradés de l’armée)… alors que son rôle est justement de BIEN choisir ses proches pour l’intérêt du pays.

    Ben Ali n’avait-il pas dit qu’il n’était pas au courant des injustices qui se commettaient dans son pays et qu’il allait punir tous ses proches qui sévissaient ? Sauf que les tunisiens ont fini par comprendre que c’était justement lui qui a laissé se mettre en place un système que beaucoup ne pouvaient plus supporter.

  • Marocain says:

    La situation est plus stable certes mais elle n’est pas meilleure. Stable parce que le conditionnement est différent. Emballée dans une symbolique religieuse et un discours de réforme digne d’une équipe de brillants “Steve Jobs”, le tout vendu à un consommateur beaucoup moins éduqué que son homologue tunisien (et surtout à une jeunesse beaucoup plus stone), notre réalité est salle et notre pain a un arrière gout de pisse.
    Stable parce que les courants religieux, nourris par les mouches qui habitent nos cerveaux, ne nous laisse pas d’autre choix que de supporter ce sentiment de femme violée et battue. Une révolution au Maroc nous plongerait dans une ère de dictature islamiste.

  • [...] This post was mentioned on Twitter by Maroc Blogs, Dr. H and Nizar Bennamate, Nizar Bennamate. Nizar Bennamate said: +1 RT @Omar El Hyani New blog post : Révolution tunisienne : Et le Maroc dans tout cela? http://bit.ly/dG8PxX #Sidibouzid #Maroc #Tunisie [...]

  • hmida says:

    La situation du Maroc n’est pas due tant à l’état de notre peuple tel que décrit par Marocain : “consommateur beaucoup moins éduqué que son homologue tunisien” ou “es mouches qui habitent nos cerveaux” ou encore “sentiment de femme violée et battue”!

    Pourquoi ne pas chercher la cause de cette situation dans le comportement coupable de nos élites qui choisissent soit l’exil doré soit la collusion avec le pouvoir en place!

  • M says:

    @hmida

    Oui mettons tout sur le dos de cette “élite” gamine, rageuse, trop occidentalisée et qui en plus déserte son pays pour dénigrer ses dirigeants en étant installés bien confortablement de l’autre côté de l’Atlantique ou de la Méditerranée.

    Sauf que la majorité de cette “élite” (déjà faudra définir ce terme mais je crois que tu vises une jeunesse ayant fait des études supérieures) resterait volontiers au Maroc si au moins il était possible de construire quelque chose. Le champs politique étant verouillé, la presse enchainée et la justice très partiale il est difficile de demander à ces gens de renoncer à leurs projets… D’ailleurs plusieurs études montrent que beaucoup de jeunes au Maroc quitteraient leur pays s’il en avaient l’occasion.

    Maintenant le vrai patriotisme n’est pas de fermer les yeux sur la triste réalité que vit notre pays, mais faire en sorte que les citoyens puissent s’exprimer (presse, parlement) et être rassurée par une justice totalement indépendante du pouvoir!

  • Marocain says:

    @Hmida: Qui fixe les réformes et les budgets attribués à l’éducation? Qui décide la composition même du corps professoral de nos écoles et universités? On ne peut même pas prétendre à une mauvaise gestion tellement cette situation désastreuse à duré (ref classement de l’éducation marocaine, taux d’alphabétisation, le taux de scolarisation… la Tunisie est toujours devant) Alors quand je parle de population “moins éduquée” ou de “mouches” il faut savoir que les mouches n’habitent pas les maisons propres!
    L’individu n’est jamais coupable d’une situation générale. Les gérants si. D’ailleurs tout les états démocratiques assument leurs responsabilités; ils créent les conditions (lois, investissement publique, structures de gestion…) d’une évolution qui satisferait leurs électeurs et ne comptent jamais sur la bonne volonté de l’individu.

  • habib says:

    le Maroc est loin d’être comparé à la Tunisie! très loin même! je ne comprends pas pourquoi certaines voix ne cessent de répéter ces choses !

    La preuve: vus êtes en train de monter la température contre le régime et personne ne vous interdit de vous exprimer!

  • rifi says:

    le régime doit changer son comportement ,il faut plus de liberté ,plus de partages des richesses du pays sans faire de différences en les régions ,et que le roi doit rester un symbole de tout les marocains, et que le gouvernement doit gouverner et que la chambres des représentant peut user de son pouvoir de contrôle sur le gouvernement sans l’intervention du palais .si non ,en ces temps qui courent ,les rues marchent

  • reda says:

    MONSIEUR HAYANI,
    Quand vous dites sans doute dans “La fusion ONA/SNI et son intention de réduire ses participations dans ses filiales agro-alimentaires vient sans doute après des pressions européennes” vous devrez fournir des preuves à l’appui !!!

  • RIFAIN says:

    Notre Jeune roi Mohamed VI à toute sa place dans notre pays, mais la Vieille bande de chibani dont le ventre débordent doivent vraiment rester chez eux, car la tendance va changer pour les marocains.
    Et ne comparez pas le Maroc à d’autres pays dont le résultat s’affiche encore à la télé.
    Donc je dis EVOLUTION et non REVOLUTION inchallah

  • imad config says:

    Salut tt le monde
    1er: Le Revolution dans maroc pas comme tunis et egypt .. prk ? Parce que le Maroc est une propriété de l’Etat et non pas la République de
    Tunisie et l’Egypte n’ont pas bénéficié rien .. La pauvreté existe toujours, et le chômage existent encore policier est toujours en place .. Du changement? Président! Ministre!
    Je suis un témoin de Sa Majesté le Roi Mohammed VI discours, avant cette révolution au Maroc, at-il dit, ” à partir du mois de Mars, les deux ont un certificat trouver un emploi..”
    L’Amérique par les greffiers dans le Journal du roi du Maroc a été le roi des pauvres (parce qu’il est modeste)
    relations de l’Espagne, l’édifice que la Révolution au Maroc est une manifestation pacifique …
    En bref, le Maroc est dans le processus de changement

Flux RSS pour les commentaires de ce post. TrackBack URL


Laisser une réponse

Powered by WordPress | Aeros Theme

Copyright © 2011