Maroc et Chine : Solidaires contre les droits de l’Homme

Depuis l’annonce de l’attribution du Prix Nobel de la Paix à l’opposant chinois Liu Xiaobo, les autorités chinoises sont en furie. L’ambassade chinoise à Oslo a envoyé un courrier menaçant de “conséquences” les représentations diplomatiques étrangères qui assisteraient à la cérémonie de remise du Nobel.

Chaque année, l’Institut Nobel invite tous les ambassadeurs en poste dans la capital norvégienne à la somptueuse cérémonie. Et surprise, 6 pays ont décliné l’invitation : la Chine (normal), la Russie (un peu moins normal), le Kazakhstan (solidarité entre dictateurs oblige), Cuba (faut pas rêver non plus), l’Iraq (mouais), et le Maroc.

Notre pays a, semble-t-il, cédé aux pressions chinoises, et renoncé à assister à la cérémonie de remise des Nobel. Mais en échange de quoi? Quelle type de représailles peut-t-on attendre des chinois? Ces derniers ne sont pas aussi présents au Maroc que dans d’autres pays d’Afrique (où on commence à parler de Chine-Afrique). Les exportations marocaines vers la Chine sont plutôt faibles. Donc aucun risque de boycott ou d’embargo. La seule explication qui me parait logique, serait la position chinoise dans l’affaire du Sahara. Le Maroc s’est assuré d’une position plutôt neutre des chinois dans le conflit, en échange de la non reconnaissance des marocains de Taïwan (tout comme le Maroc ne reconnait pas le Kosovo, en échange du soutien de la Serbie).

Mais la raison est peut-être ailleurs. Et si les chinois avaient menacé d’embargo sur les exportations de thé vert? Le Maroc en est le premier client dans le Monde, et une rupture d’approvisionnement, suffirait à mettre à feu et à sang tout le pays. Pourriez vous imaginer un seul instant une théière marocaine sans thé vert? CQFD. 😀

Comparatif des tarifs GSM au Maroc : Inwi, Méditel et Maroc Telecom – Novembre 2010

Après avoir passé quelques mois à observer le comportement du nouvel entrant sur le marché GSM, IAM et Méditel sont passés à l’offensive en réduisant significativement leurs tarifs, et rendant leur lecture beaucoup plus simple. Ils répondent ainsi à une forte attente des consommateurs qui cherche à communiquer moins cher, tout en ayant de la visibilité sur ce qu’ils paye vraiment.

Cette offensive d’IAM et de Méditel s’explique également par l’effritement de leurs parts de marché au profit d’Inwi. Selon les derniers chiffres de l’ANRT, Inwi est passé à plus de 10% de parts de marché, en moins d’un an d’existence! Mais à y regarder de plus près, l’explication est ailleurs. Avec un taux de pénétration qui avoisine les 97%, il ne faut surtout pas croire que 97% des habitants sont équipés d’un téléphone portable. Le dénominateur du ratio étant le nombre d’habitants au Maroc, le chiffre inclut donc des bébés, des enfants, des personnes vivant dans des zones non couvertes… Cela peut s’expliquer uniquement par un taux multi-équipement de plus en plus élevé. Les opérateurs sont parfaitement conscients que beaucoup de consommateurs utilisent plusieurs cartes SIM à la fois, afin de bénéficier des tarifs les plus avantageux, en fonction de l’opérateur de la personne appelée. Et c’est justement une des raisons qui a sans doute poussé IAM et Méditel à unifier leurs tarifs, quelque soit l’opérateur, en espérant regagner des parts de marché dans les mois à venir.

IAM et Méditel se sont donc alignés sur Inwi en offrant un tarif unique vers tous les opérateurs à toute heure de la journée. Ce tarif est actuellement de 3,6 DH / minute pour les deux opérateurs. Par contre, ils continuent à facturer suivant une première minute indivisible, puis des paliers de 20 secondes pour IAM et de 30 secondes pour Méditel.

Résultat, il devient encore plus difficile de comparer les prix, tant les prix sont proches. Le graphe et le tableau suivant peuvent en témoigner  :

Corriger les prix des communications par l’effet des doubles recharges n’est pas vraiment utile pour cette fois. Inwi s’y est mis aussi, et il suffit de diviser les prix par deux pour obtenir le prix réel des communications. De plus, les opérateurs misent sur des offres ponctuelles, mais de moins en moins compréhensibles par les consommateurs (double recharge avec bonus, minutes de bonus le soir…), ce qui rend la comparaison en incluant cet effet encore plus difficile.

Quel est donc l’opérateur le moins cher en prépayé? Tout dépend de votre profil de consommateur. Si vous n’appeler que pour des durées généralement courtes (moins d’une minute), Inwi devrait vous convenir parfaitement, à condition que vous soyez satisfaits de la qualité du réseau. Mais si vous appelez pour des durées plus longues, optez plutôt pour IAM ou Méditel, avec un avantage pour ce dernier qui propose des formules assez innovantes pour les personnes qui préfèrent appeler en journée, en soirée, ou pendant des durées assez longues.

Aura-t-on droit à de nouvelles baisses dans un futur proche? Il semble bien que non. Bien que les tarifs d’interconnexion entre opérateurs devraient baisser petit à petit d’ici 2013, une nouvelle baisse n’est pas acquise. Mais seul l’avenir nous dira comment les opérateurs réagiraient si la baisse des parts de marché de IAM et de Méditel se confirme.

Message de service aux employés d’Inwi : Merci de plus poster de commentaires en vous faisant passer pour de simples consommateurs.

Petite image en bonus d’une antenne GSM sous forme d’un palmier à Marrakech!


Sahara marocain, ce paradis fiscal…

En établissant la liste des paradis fiscaux dans le Monde, l’OCDE n’avait sans doute pas à l’esprit qu’il existe un territoire aux portes de l’Europe qui n’impose aucune taxe à ses habitants!

Après le retour en 1975 des provinces sahariennes au Maroc, le gouvernement avait établi un certain nombre de mesures pour favoriser l’essor et le développement économique de ces provinces. Ainsi, des investissements massifs en infrastructure ont été réalisés (routes, usines de dessalement d’eau de mer, raccordement au réseau électrique national, ports, aéroports…), et d’importantes mesures fiscales ont été prises pour favoriser l’entrepreneuriat, et encourager les fonctionnaires de l’état marocain à s’installer loin de leurs villes natales.

Ainsi, les provinces sahariennes sont tout simplement exonérées de toute taxe :

  • Impôt sur la société (IS) : 0% (30% ailleurs)
  • Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 0% (20% ailleurs)
  • Impôt sur le revenu (IR) : 0% (Impôt par tranches ailleurs)
  • Taxe intérieure de consommation (TIC) : 0% (Impôt qui touche surtout les produits pétroliers, les boissons gazeuses et alcoolisées)

Même l’état américain du Delaware, pourtant réputé comme un des plus grands paradis fiscaux au Monde, ne fait pas mieux!

Pas étonnant que de plus en plus de sociétés marocaines soient domiciliées à Laayoune, alors que l’essentiel de leur activité est basé à Casablanca ou Tanger…

Un des problèmes qui ont causé les derniers évènements de Laayoune, est justement la dépendance des habitants des aides de l’Etat marocain. Pour des raisons politiques évidentes, l’Etat a développé une culture de l’assistanat, en distribuant des “cartiya” de l’Entraide Nationale donnant droit à 1350 DH/mois, aux transports gratuits, et à la distribution gratuite de denrées alimentaires. Or, ces cartes ont été distribuées selon des critères loin d’être équitables, et ne vont pas forcément aux plus nécessiteux… Et cela crée forcément des situations comme celles qu’a connu le camp de Gdeim Izik ces dernières semaines.

Et pour tous ceux, qui accusent l’Etat marocain de “piller” les ressources en phosphates des provinces sahariennes, M. Terrab, PDG de l’OCP a apporté une réponse très claire sur le sujet dans une déclaration à Reuters :

OCP has faced criticism from some foreign civil society groups over it operations in Western Sahara, an area about the size of Britain that was annexed by Morocco in 1975 and is the subject of Africa’s longest-running territorial conflict.

Critics say the firm should not be exploiting Western Sahara’s mineral resources until the sovereignty issue is settled. Terrab rejected that, saying his firm was not in Western Sahara to pursue profits.

Company officials say the territory has less than 2 percent of Morocco’s phosphate reserves, and that between 1976 and 2008 the firm made net losses there of 4.716 billion Moroccan dirhams, or about $580 million at the current exchange rate.

“If we stopped that operation, we could probably stop our losses at the same time but you would have 1700 families that would lose their livelihood,” Terrab said. “So we see it as the opposite, we see it as our moral duty to be there.”

En gros, l’OCP perd beaucoup d’argent en exploitant les mines de Boukraa, et qu’elle le fait surtout pour créer des emplois et un tissu économique et industriel dans la région.

Voici le genre de réponses intelligentes qu’on devrait entendre plus souvent, au lieu des stupides et débiles communiqués de la MAP.

Pour une vision globale du sujet, lire l’excellent dossier de Telquel, “Ce que nous coûte le Sahara“.

Comparatif des forfaits et abonnements GSM de Maroc Telecom, Méditel et Inwi

Les 3 opérateurs marocains de téléphonie mobile ont récemment remodelé leurs offres de forfaits et abonnements post-payés, ce qui semble être une conséquence directe de la baisse des tarifs d’interconnexion décidée par l’ANRT.

Incluant plus de gratuités qu’auparavant, ces offres visent à convertir un maximum d’abonnés prépayé vers du postpayé. L’objectif final est de maximiser l’ARPU (Average revenue per user, ou revenu moyen par utilisateur) des opérateurs, qui est aujourd’hui de l’ordre de 91 Dh pour Maroc Telecom et 43 Dh pour Méditel (celui d’Inwi n’est pas encore connu).

Ci-dessous un tableau comparatif de 3 offres représentatives de l’entrée de gamme, moyen de gamme, et du haut de gamme des forfaits post-payés de Maroc Telecom, Méditel et Inwi.

Une première analyse du tableau fait ressortir une grande similitude entres les offres. Les trois opérateurs ont plus ou moins aligné leurs offres, et il n’existe plus de grandes disparités sur le marché.

Mais il semble tout de même que Méditel sort gagnant de ce comparatif. Malgré des prix un petit peu plus élevés que ses deux concurrents (pas plus de 20 Dh à chaque fois), il propose pour tous ses forfaits une durée équivalente après épuisement, utilisable  les soirs, weekend et jours feriés vers tous les opérateurs nationaux et vers les fixes de France, d’Espagne, d’Italie, de Belgique, de Royaume Uni, d’Allemagne, des Etats Unis et du Canada.

L’offre de Maroc Telecom est assez proche, mais impose quelques limitations. Les minutes offertes après épuisement du forfait ne sont pas aussi généreuses que celles de Méditel, la durée de communication vers le numéro illimité est en fait limitée à 30h par mois, et le débit est baissé à 128 Kb/s une fois le seuil de 4 Go de téléchargements est dépassé.

Quant à Inwi, l’offre peut sembler à priori très intéressante, si ce n’est le nombre assez faible des abonnés Inwi. L’opérateur semble beaucoup miser sur l’effet réseau en offrant des communications illimitées vers les numéros Inwi, mais sera pour le moment limité par sa faible pénétration du marché (10% selon les derniers chiffres de l’ANRT – Septembre 2010). L’opérateur souffre également de sa couverture réseau plus faible que celle de ses concurrents, mais qui sera amenée à s’améliorer durant les prochains mois. Cependant, on peut facilement imaginer des familles entières s’équiper en cartes SIM Inwi, et bénéficier de communications gratuites entre tous ses membres.

L’autre bonne nouvelle de ces offres, c’est que tous les opérateurs offrent une connexion Internet à leurs abonnés post-payés. Ce qui ne pourra que favoriser la pénétration d’Internet mobile sur le marché, et développer de nouveaux usages du téléphone mobile. En attendant l’apparition d’applications mobiles spécifiques au marché marocain…

Le défi des opérateurs d’augmenter leur ARPU tout en offrant plus de temps de communication à leurs abonnés semble bien parti. Espérons qu’ils continueront à innover en incluant de nouveaux services dans leurs offres à des prix encore plus compétitifs!

Plus de détails sur les offres post-payés :

Liberté de la presse au Maroc : Quand on atteint le fond, on creuse encore

Le classement mondial 2010 de la liberté de la presse de “Reporters sans frontières” a été publié aujourd’hui, et le verdict est sans appel : le Maroc est classé 135ème/178 pays, perdant 38 places en 4 ans (97ème en 2006), et 8 places par rapport à l’année dernière. Et comme d’habitude, on se retrouve derrière des pays comme le Burkina Faso (49e), la Guinée-Bissau (67e, récemment scène de plusieurs coups d’états), le Zimbabwe de Mugabe (123e), l’Algérie (133e) ou le Venezuela de Chavez  (133e).

Ce classement ne fait que confirmer la situation que vit la presse depuis deux ans : fermeture du Journal Hebdomadaire et de Nichane, poursuites judiciaires contre les directeurs d’Al Jarida al Oula, d’Al Michaal et d’Akhbar al Yaoum, interdiction de Telquel… Les harcèlements que subit la presse écrite ne se comptent plus. Les méthodes diffèrent mais ont toutes le même but : boycott publicitaire des plus gros annonceurs, amendes astronomiques, saisies, prison pour les directeurs de publication. Tout pour rappeler les heures les plus sombres de la liberté de la presse pendant les années de plomb.

Mais quand on parle de liberté de la presse au Maroc, on oublie souvent la presse audio-visuelle. Or, le Maroc est très en retard par rapport aux pays africains par exemple. Certes, le nombre de radios a sensiblement augmenté ces trois dernières années, mais le contenu n’a pas vraiment suivi. La plupart se contentent de diffuser de la musique à longueur de journée, avec quelques émissions de débat confinés à des sujets de société : mariage, divorce, éducation des enfants, santé, et j’en passe. Les bulletins d’informations nationales reprennent pour leur majorité les communiqués de la MAP, et s’aventurent rarement plus loin. Pour les débats politiques, vous pouvez toujours rêver. Ou regarder Hiwar de Mustapha Alaoui. Ah, les télés? Aucune télévision privée n’est autorisée. Passez votre chemin. Certains opérateurs avaient essayé de postuler pour des licences de télévision, mais aucune n’a été délivrée. Motif officiel : le marché publicitaire marocain n’est pas assez développé pour permettre à d’autres chaines de télévisions de s’installer au Maroc. Soit. Mais quelqu’un de la HACA pourrait nous expliquer comment font les 14 chaines TV privées du Kenya pour survivre?

Il ne faut pas chercher plus loin. Le Makhzen sait très bien que la télévision est de loin le média qui a le plus d’influence sur la population. Et il fera tout pour en garder le contrôle. Zappez, il n’y a rien à voir.

Caisse de compensation : le gouffre sans fin

Un gouffre sans fin et un moyen d’acheter la paix sociale. Voila ce qu’est la caisse de compensation au Maroc. Depuis plusieurs années, on vit la même histoire. Les prix des matières premières explosent sur les marchés internationaux, le budget alloué initialement à la caisse n’est plus suffisant, et l’état est obligé d’accorder une rallonge pour pouvoir rembourser les arriérés. Souvent à coup d’endettement interne. La situation n’est guère différente en 2010. Le budget initialement alloué était de 14 milliards de DH, et une rallonge d’au moins 10 milliards sera nécessaire pour boucler l’année.

Le budget de la caisse a connu une évolution soutenue durant les 10 dernières années, avec un pic en 2008, année de flambée de toutes les matières premières sur les marchés internationaux. Les pouvoirs publics souhaiteraient maintenir le budget de la caisse à un niveau de 3% du PIB. Mais cet objectif parait difficile à atteindre vu le niveau des prix des matières premières et leur augmentation prévue en 2011.

Budget Caisse Compensation Maroc
On parle depuis plusieurs années d’une réforme radicale de la caisse de compensation. Ce n’est un secret pour personne, au lieu de jouer son rôle de filet social et d’aider les plus pauvres, les subventions profitent surtout aux 4×4 des riches. Exemple ultime d’aberrations : l’Etat subventionne le sucre contenu dans les boissons gazeuses! L’Etat reconnait bien le problème et l’expose bien à travers certaines études. Petit tableau résumant deux études du HCP et du Ministère des Affaires Générales.

subventions caisse compensation
Mais comment fait-on ailleurs? Le Maroc n’est pas le seul à être confronté à cette problématique. Les expériences indonésiennes et mexicaines sont reconnues comme réussies par la Banque Mondiale. L’Indonésie a établi 10 critères permettant d’identifier les populations éligibles aux aides directes de l’état. Ces familles bénéficient d’une aide financière (envoyée mensuellement par poste), les aidant à préserver leur pouvoir d’achat après la suppression des subventions. Dans le cas mexicain, elles ont bénéficié à 5 millions de familles et sont conditionnées à la présence à l’école de tous les enfants, et à des visites médicales régulières. D’une pierre deux coups : baisser les niveaux de la pauvreté, et l’amélioration de l’accès à l’enseignement et aux services de santé. On peut facilement imaginer un système similaire au Maroc, à condition que le recensement soit fait de manière transparente et juste (en gros, éloigner les qaid et les moqaddem du processus…).

La décision est plus politique qu’autre chose. Quel gouvernement aura le courage de réformer ce système, au risque de déclencher une grosse instabilité sociale? Les gouvernements des 30 dernières années sont tous hantés par le spectre des émeutes de juin 1981, déclenchées suite à l’augmentation du prix du pain et réprimés dans le sang par le régime, faisant des centaines de morts.

Courage Abbas (et son poulain Nizar)! De toute les manières, les élections de 2012 sont déjà promises au PAM. Quitte à faire au moins une bonne action pour le Maroc au cours de votre quinquennat!

Pour une approche plus scientifique du sujet, vous pouvez vous reporter à l’étude de M. Khalid Soudi.

Karibu Tanzania!

Zebra Tanzania Mikumi Park

Un beau matin. Un email d’invitation tombé de je ne sais où. Un email qui a des airs de spam. Et hop, “Report as a spam”. Stoooop!  Le gars ne semble pas demander de l’argent. Ca change un peu des ministres nigériens tombés en disgrâce et qui vous proposent de les aider à transférer leur fortune personnelle, en échange d’une (grosse) commission. Sauf que là, ca ressemble à une invitation à une conférence. Sous les tropiques. Organisée par des allemands. Ca a l’air sérieux tout ça! Je confirme? Mouais. Le billet d’avion qui arrive. C’est donc vraiment sérieux leur truc?! Pour résumer, un célèbre institut allemand, The Konrad Adenauer Stiftung, avec une université sud-africaine, Rhode’s University’s Sol Plaatje Institute, invitent un marocain en Tanzanie pour discuter de la régulation des blogs. C’est quand même beau la mondialisation!

Mais il y a de ces pays dont on appréhende la visite. Beaucoup de préjugés qui traversent l’esprit. Les moustiques, la guerre, l’humidité, la malaria, l’eau non potable, les coupures d’électricité… Mouais. Mais ca existe surtout dans les JT tout cela. Deuxième voyage en Afrique sub-saharienne donc, après un inoubliable voyage au Sénégal, il y a une dizaine d’années. Arrivé à Dar es Salaam, les préjugés sont très vite balayés. La Tanzanie n’a jamais connu de guerre depuis son indépendance (et son union entre Tanganyka et Zanzibar), il n’y a pas plus de moustiques là-bas qu’au Maroc, l’humidité y est très supportable et le climat franchement bon, et les bouteilles d’eau minérales sont en vente partout. Pas de panique donc.

L’Africa Media Leadership Conference rassemble une belle brochette de professionnels de médias en Afrique, surtout ceux de la partie anglophone. On y discute des nouveaux business models de media houses, d’opportunités de développement des médias en Afrique, et de l’évolution de la régulation dans les différents pays africains. La discussion sur la régulation des blogs a réuni le kenyan Daudi Were, le camerounais Dibussi Tande, le tanzanien Ndesanjo Macha, et votre serviteur marocain. Il a surtout été question d’un éventuel rôle de l’Etat dans la régulation des blogs. Une unanimité s’est dégagé sur le rôle très important de l’auto-régulation et de laisser la justice faire son travail en cas de dépassements (diffamation…) A supposer bien sûr que le pouvoir judiciaire est complètement indépendant de l’exécutif. On garde quand même en tête que l’Etat saoudien comptait imposer aux blogueurs d’obtenir une autorisation du ministère d’information pour pouvoir s’exprimer sur Internet, avant qu’il ne fasse marche arrière devant la colère des internautes saoudiens. Le ridicule ne tue pas…

Cette messe de médias africains, m’a surtout permis de constater qu’on est très loin derrière en matière de liberté de la presse. Contrairement à ce qu’affirme notre bien-aimé ministre de la communication, le Maroc est très loin d’être un oasis de liberté d’expression. Même les pays d’Afrique sub-saharienne nous devancent largement. “Combien de chaines de télévisions hertziennes avez vous au Maroc?” me demande un journaliste kenyan. “Deux chaines. Et toutes les deux appartiennent à l’Etat. Et au Kenya?” “14 chaines, dont une seule appartient à l’Etat”. J’avais juste envie de me cacher sous la moquette. Même en Afrique, le Makhzen nous fout la honte. Tfou.

Après la conférence, il était temps de découvrir à quoi ressemble la Tanzanie. Dar es Salaam d’abord. Ville chaotique de 4 millions d’habitants. Difficile de lui trouver un quelconque charme. Le plus frappant dans cette ville, c’est ses embouteillages. Même en Chine, je n’avais pas vu de pareils bouchons. Attendre une bonne heure à 7h du matin sur un bouchon de 10 Km n’a rien d’exceptionnel. Et le plus étonnant dans l’histoire, c’est le flegme des dar-es-salaamiens. Ils conduisent plutôt bien, respectent les feux rouges, n’utilisent que rarement leurs klaxons. Sans doute un héritage des colons britanniques. Nos ex-colons à nous, ne nous ont pas si bien éduqués en la matière… Ou comme dirait l’adage “فاقد الشيء لا يعطيه”

Ensuite Zanzibar. Sublime archipel à 70 Km de Dar es Salaam, la population y est à grande majorité musulmane. Plaque tournante du commerce des épices, l’île garde une empreinte marquée de la présence arabe. Jusqu’aux années 60, Zanzibar était gouvernée par les sultans d’Oman, avant qu’une “révolution” ne transfère le pouvoir à la population locale. Une balade dans les rues de Stone Town, et vous voila transporté dans une ambiance XVIIème siècle, avec des commerçants un peu partout, des artisans dans leur échoppes, de magnifiques bâtiments influencés par les architectures arabes, indiennes et africaines. Et pour couronner le tout, d’interminables plages de sable blanc fin, bordées de cocotiers sur une mer turquoise. Une petite Fès au bord de l’Océan Indien. Hamid Chabat s’y plairait bien.

Mais comment aller en Tanzanie sans tenter l’expérience d’un safari. Petit arrangement avec une agence de voyage locale, et me voila à 300 Km de la capitale au Mikumi National Park. Je m’attendais à trouver un gigantesque parc avec un enclos, et des animaux qui vivaient dedans. Une sorte de zoo géant. En fait pas du tout. Les animaux vivent dans la nature, loin de toute présence humaine. Les humains n’ont d’ailleurs pas trop intérêt à vivre à proximité de lions. La seule trace de civilisation, est une route nationale qui traverse le parc. Tiens, des girafes qui traversent la route. Un panneau qui indique la présence d’éléphants. Au fait, il ressemble à nos fameux panneaux triangulaires indiquant la présence de vaches. Sauf que c’est un éléphant qui est dessiné dans le triangle. Pas compliqué.

Dès qu’on sort de la route, on retrouve d’autres scènes de la vie animale. Des gnous, des zèbres, des éléphants, des girafes, des hippopotames, des antilopes, des lions. Et puis des scènes dignes des meilleurs documentaires de National Geographic. Comme ce groupe de lionnes qui attendent patiemment au bord du lac l’arrivée de zèbres et de gnous venus se désaltérer. Et ces vautours qui attendent impatiemment la fin du carnage avant même qu’il n’ait commencé. Fascinante vie animale.

Welcome to Tanzania! Ou Karibu Tanzania en kiswahli.

Un grand merci à un fidèle lecteur de ce blog, sans qui ce voyage n’aurait pas été possible.

Vous trouverez une sélection de photos sur l’album Tanzanie

Appel d’offres international : Privatisation de certaines fonctions régaliennes de l’Etat marocain

Face à l’échec des réformes de plusieurs fonctions régaliennes de l’Etat marocain, et à l’insatisfaction des citoyens marocains vis-à-vis des services rendus par les services étatiques concernés, le gouvernement marocain a décidé de lancer un appel d’offres international pour la privatisation de certaines de ses prérogatives : la justice, l’émission de documents administratifs et de pièces d’identité et du maintien de la sécurité et de l’ordre.

La justice :

Soucieux d’assurer aux citoyens marocains une justice impartiale, efficace et non-corrompue, et suite aux lenteurs injustifiables de la réforme de la justice, le gouvernement a décidé de céder l’exploitation des tribunaux marocains à un opérateur privé. Celui-ci se chargera de traiter les affaires portées devant les tribunaux marocains, et de rendre les jugements nécessaires dans les plus brefs délais. Les juges du prestataire devront avoir une conduite exemplaire, et présenter une expérience significative dans l’exercice de fonctions similaires. La connaissance du droit marocain serait un plus. Une préférence sera donnée aux entreprises provenant des pays scandinaves.

L’émission de documents administratifs et de pièces d’identité :

Soucieux de simplifier la vie des citoyens marocains qui sont rebutés à l’idée de se rendre dans un arrondissement pour légaliser un document, et d’éviter le calvaire qui résulte d’une demande de carte nationale d’identité (CNI) ou d’un passeport, le gouvernement marocain a décidé de privatiser ces services. Le prestataire sera en charge de la délivrance des certificats d’état civil, des attestations de domicile, des attestations de vie et de décès, des attestations de bonnes mœurs, des attestations de célibat, de fiançailles et de mariage, ainsi que de la légalisation des signatures et de contrats. Le prestataire se chargera également d’en simplifier les procédures, et de réduire les délais d’obtention à un maximum de 10 minutes. Le prestataire prendra également en charge l’informatisation de l’ensemble des registres papier, et d’installer des bornes automatiques dans les lieux adéquats. Le responsable de chaque centre se contentera de vérifier le contenu du document et d’apposer son cachet et sa signature.

Concernant la délivrance de documents d’identité, le prestataire retenu devra traiter les demandes d’obtention en moins de 24h, et d’offrir des capacités d’accueil suffisantes pour les demandeurs. Les procédures devront être simplifiées, et les papiers demandés réduits au maximum. Pour l’obtention d’une CNI par exemple, inutile de demander une attestation de domicile à l’arrondissement de police le plus proche, qui lui même demande une attestation de domicile du moqaddem, un certificat d’état civil, le contrat de bail si vous êtes locataire ou le titre de propriété si vous être propriétaire, le contrat de mariage si vous êtes le conjoint du propriétaire, ainsi qu’une facture d’eau et d’électricité. Le prestataire ne devra pas exiger plus de 3 pièces pour l’obtention d’un document d’identité, et devra mettre en place un service pour le suivi des demandes d’obtention sur Internet.

Compte tenu de leurs spécificités culturelles et des tendances bureaucratiques de leur pays, les entreprises françaises sont exclues de cet appel d’offres.

Services de sécurité :

Face à la recrudescence de la violence urbaine et de l’insécurité dans les villes marocaines, le gouvernement marocain cède ses fonctions de maintien de l’ordre et de la sécurité à un prestataire privé. Celui-ci devra assurer de l’élimination de toute forme de vol, d’agression, de cambriolage, de viols sur la voie publique. Le prestataire s’engage à couvrir tous les quartiers d’une ville donnée, et ne pas restreindre ses fonctions aux quartiers huppés. Les citoyens ne devront plus ressentir de peur en se promenant seuls à 22h du soir.

Le personnel du prestataire devra être équipé d’une caméra et d’un magnétophone qui enregistrent en permanence les conversations avec les citoyens, ainsi que d’un badge portant clairement le nom et le prénom de l’agent, ainsi que de son matricule. Ces mesures sont destinées à limiter les abus et à faciliter les recours en justice par des citoyens s’estimant lésés par un de ces agents.

Le prestataire veillera également à l’interdiction de la moustache pour tous ses agents.

Le traitement des candidatures se fera par une commission constituée de hauts fonctionnaires marocains, d’experts de différents domaines, ainsi que de représentants de la Banque Mondiale, de l’Union Européenne, de l’OCDE et de Transparency International.

D’autres secteurs, comme l’éducation ou la santé, pourraient faire prochainement l’objet d’appels d’offres similaires.

Ceci est un billet purement satirique. Merci aux journalistes de CNN d’en prendre compte.

Grèce : Sea, Sun & Debt

Pays en faillite, au bord du gouffre, de la guerre civile, voire même de la famine. Que n’a-t-on pas entendu à propos de la Grèce ces derniers mois? L’explosion du niveau de la dette grecque et la dégradation de la note souveraine de l’État grec a provoqué beaucoup de remous chez les Européens. Une faillite de l’État grec fragiliserait l’Euro, et remettrait en cause la stabilité de la devise européenne. L’État grec a donc été forcé d’accepter une série de réformes draconiennes, allant de la réduction des salaires de fonctionnaires, au recul de l’âge de retraite, en passant par la réduction drastique des investissements publics.

Lors d’un récent voyage en Grèce, je m’attendais à trouver un pays en ébullition, à feu et à sang, tant les médias diffusaient en boucle des images de manifestations et de grèves. Rien de tout cela sur le terrain. Quelques manifestations par ci, une grève de dockers par là. On est loin de ce que martèlent les médias…

Car les grecs restent sereins. Avec une nonchalance typiquement méditerranéenne, ils affrontent leur quotidien avec beaucoup d’humour. Et a y voir de plus près, leur quotidien n’est pas si différent de celui de beaucoup de marocains.

La corruption est endémique en Grèce. Pour avoir un permis de construire, pouvoir être hospitalisé, se faire embaucher dans l’administration ou obtenir son permis de conduire, il faut verser un pot de vin. Selon une étude de Transparency International, les grecs ont versé 790 millions d’euros de pots de vin en 2009, avec en moyenne 1355€ dans les services publics et 1671€ dans les entreprises privées.

Autre problème qui mine les finances publiques grecques : la collecte d’impôts. Les grecs n’aiment pas payer leurs impôts. Et c’est justement une des mesures phares du plan d’austérité grec. Les allemands (qui finissent toujours par payer pour les erreurs des autres) ont refusé d’offrir toute aide financière, tant que le gouvernement grec n’avait pas sensiblement amélioré ses systèmes de collecte d’impôts. La Grèce est championne d’Europe en matière d’économie informelle avec 28% du PIB, et les grecs font tout pour cacher leurs revenus des yeux du fisc : pots de vin, non déclaration des revenus locatifs… Cette année, plusieurs hôtels des îles grecques étaient fermés. Les inspecteurs du fisc, devenus plus agressifs cette année, ont sommé les propriétaires d’hôtels de déclarer tous leurs clients (et donc tous leurs revenus) sous peine de fortes amendes. Réponse des hôteliers : plutôt fermer que de partager nos revenus avec l’État!

Mais il y a une similitude frappante avec la situation au Maroc. Les cours particuliers représentent une part non négligeable du budget des familles. Certaines familles peuvent payer jusqu’à 5000€ par an comme frais de cours, tant la qualité du système éducatif laisse à désirer, et que certains professeurs forcent leurs élèves à prendre des cours particuliers.

Le Maroc pourra-t-il être confronté à court terme à une crise de dette? Même si certains problèmes peuvent paraitre similaires, la situation financière du Maroc est loin d’être comparable à celle de la Grèce. Le taux d’endettement du Maroc est autour de 48% du PIB. Bien loin des 120% de la Grèce. Et l’agence de notation Standard & Poor’s vient d’améliorer la note souveraine du Maroc en le faisant passer vers un BBB-, le faisant passer pour le première fois vers un statut d’Investment Grade. Mais d’autres indicateurs alarmants peuvent faire trembler l’économie marocaine : l’assèchement des liquidités sur le marché bancaire, le déficit abyssal de la balance commerciale ou le niveau d’endettement des ménages (dont on ne parle pas assez). Et il est temps d’agir avant que ce ne soit trop tard.

Vous pouvez parcourir quelques photos de mon voyage sur cet album.

Hassan El Fad is back : Fad TV sur 2M

Hassan El Fad fait son grand retour sur la télévision marocaine avec des sketchs quotidiens sur 2M.

Le premier épisode laisse pour le moment penser que les sketchs sont inspirés de Chanily TV diffusés en 2006, série que je considère personnellement digne de l’anthologique Flying Circus des Monty Python.

YouTube Preview Image

Vous pouvez également suivre l’actualité et les nouveautés de Hassan El Fad en s’inscrivant sur le groupe Facebook officiel de l’humouriste marocain.

Ramdan moubarak à tous!