Tunnel de Tichka : un improbable projet pour le Maroc “inutile”

 

Si vous n’avez jamais pris la route Ouarzazate-Marrakech via Tizi-N-Tichka, vous pouvez difficilement imaginer à quelle point le tronçon montagneux est dangereux. Si les paysages qu’elle offre sont à couper le souffle, elle reste une route étroite, sinueuse sur 120 kilomètres, avec des virages à angles morts et des ravins dont on ne voit même pas le fond. Ajoutez à cela une signalisation faible et un entretien approximatif, et vous obtiendrez probablement la route la plus dangereuse au Maroc. Et si jamais vous envisagez de traverser cette route l’hiver, prévoyez des vivres et de bonnes couvertures. Il est très fréquent que la route soit coupée suite aux chutes de neige.

Si on ne connaît pas, pour le moment, la cause exacte du dramatique accident d’autocar de Tichka, on peut, vu la nature de la route, se demander si celle-ci n’est pas la cause directe de l’accident, ou au moins une cause aggravante, vu que le car a chuté dans un ravin de 150 mètres.

On pourra toujours dire que le conducteur roulait trop vite, avait sommeil, ou a manqué d’attention au moment de l’accident, ou que l’autocar était surchargé et que son état mécanique était défectueux, mais la question de la responsabilité de la qualité de la route dans le nombre effroyable de victimes est légitime.

La construction de la route du Tichka a commencé en 1924, sur initiative du Général Daugan, dans le cadre de la campagne de “pacification” du Maroc, après la signature du traité de protectorat français en 1912.

 

Elle fut essentiellement utilisée pour transporter le matériel et les troupes militaires.

Les découvertes minières dans la région, ont incité le protectorat à trouver des solutions pour faciliter le transport du manganèse, et de baisser ainsi son coûts de revient. Deux solutions ont été étudiées : celle d’un téléphérique utilisé pour acheminer le précieux minerai d’un flanc à l’autre, ou celle d’un tunnel sous l’Atlas. La première solution fut adoptée et celle du tunnel temporairement abandonnée (même si selon certaines sources, le creusement avait déjà commencé).

 

En 1974, des études ont été réalisées pour la faisabilité d’un tunnel de 11 Km sous l’Atlas, réduisant la longueur du trajet de 25 Km et économisant 40 minutes. D’autres études ont suivi en 1996 et 2002 et 2004. mais ont connu toutes le même sort : moisir dans un tiroir.

Pour quelles raisons le projet a-t-il été remis aux calendes grecques? Si les italiens, suisses, français ou islandais ont parfaitement réussi des challenges aussi difficiles que la construction du tunnel du Mont Blanc, du Fréjus , du Simplon ou du Hvalfjörður, en quoi le tunnel de Tichka serait-il plus difficile à construire? La seule raison qui parait aujourd’hui freiner le projet, est son coût de financement. Il est estimé aujourd’hui entre 7 et 10 milliards de dirhams, soit entre le tiers et la moitié du coût projeté du TGV Tanger-Casablanca.

Nous vivons donc dans un pays qui s’efforce de trouver les moyens de financer un petit joujou pour le Maroc “utile”, mais bute sur le financement d’un ouvrage capable de changer l’avenir de millions de personnes vivant dans les régions “inutiles” de Deraa, Todgha et Dades. Cette dichotomie si chère au Maréchal Lyautey, continue donc de prévaloir chez les dirigeants du Maroc au 21ème siècle.

Les attentes des habitants de cette région sont énormes, et la construction d’un tel ouvrage constituerait une véritable révolution pour ses habitants, habitués à vivre à la marge du Maroc de “l’autre coté” de la montagne, celui où on jouit de leurs richesses sans véritable retour.

5 thoughts on “Tunnel de Tichka : un improbable projet pour le Maroc “inutile”

  1. Madame, Monsieur,

    Bonne article, est ce que nous pouvons lancer une petition pour Ben Kirane et ces collegues.

    Merci

    Mhmed

  2. Pourquoi ne pas proposer la céation d’une caisse qui sera alimentée par des dons des sociétés nationales et étrangères, des contributions des collectvités locales,des entreprises publiques, et même des citoyens surtout ceux qui bénéficient déjà d’infrastructure importante. Les ressources de cette caisse émaneront aussi d’une subvention de l’Etat, subvention sans modification du budget de l’Etat sauf virement des crédits affectés aux réceptions et cérémonies d’un seul exercice.Il faudra aussi affecter à cette caisse un impôt pour “les élèves formés dans des écoles privées au Maroc et les formés à l’étranger”. Cet impôt servira à financer d’autres projets une fois le tunnel de Tichka construit!!!!

  3. à qui la priorité est ce pour un TGV ou un tunnel.
    TGV pour le maroc utile
    Tunnel ce n’est qu’un caprice pour un million d’habitants du maroc inutile.
    hhhhhhhhhhhhhhhhhhh vraiment c la honte à quoi sert un TGV et qu’elle est sa valeur ajoutée en comparaison à des vies humaines qui ont besoin de ce tunnel.
    malheureusement nos responsables sont des bons à rien ils sont dirigés par un Loubet français qui sait bien comment garantir les intérêts de la france (TGV)sur les cadavres et la souffrance des citoyens du maroc inutile.

  4. Bonsoir,

    d’abord je suis loin d’être persuadée que la route de Tichka est “la plus dangereuse”. Pour la faire très souvent (je vis à Ouarzazate, je vais souvent à Marrakech), je la trouve nettement moins dangereuse que celle d’Asni, par exemple.

    Quoi qu’il en soit, il y a un gros problème qu’aucun tunnel ne résoudra jamais, et qui est le premier responsable des morts sur la route marocaine : la mauvaise conduite.

    Hier, nous avons vu sur cette route des bus qui faisaient la course. Un peu plus bas, dans la plaine du Haouz, un camion qui doublait sans avoir la distance nécessaire.
    Les tronçons les plus meutriers du Maroc ne sont pas des routes comme Tichka, mais des routes “plates”, avec les dépassements dangereux, les véhicules non signalés.

    Les accidents dans les tunnels sont généralement nettement plus meurtriers qu’à ciel ouvert. La traversée du tunnel transformerait elle immédiatement les marocains en bon conducteurs ?

  5. Bonjour,
    étant de la région de Tinghir et ayant fait la traversée du haut atlas des centaines de fois (à travers Ouarzazate, Errachidia et Béni mellal) je crois que la route de tichka n’est pas finalement si dangereuse que ça, il faut seulement se patienter sur une distance de 100 km de virages et de pentes surtout derières les poids lourds et ne pas se presser de doubler n’importe comment (une solution plus pratique au problème des poids lourds dans les montées et dessentes serait plutant de crier une troisième voie, chose qui se fait déja dans plusieurs régions et qui ne couterait pas grand chose comme budjet)en plus d’une bonne signalisation sur la route et de la présence de la gendarmerie royale systématiquement et d’une façon permanante sur tous les piods noires qui enregistrent le plus d’accidents.
    maintenant lorsque les uns évoquent le fait qu’un tunnel de 10 milliards de dirhams de sur 11 km (soit environ 1 milliards de dirhams par km ) désenclaverait des millions d’habitant de la région, je crois qu’ils ont tendance à exagérer, un tel tunnel ne profiterait qu’à la seul région de Draa et encore pas toute la région; les habitant de Tinghir par exemple (la plus grande concentration de la populations dans le sud est) vous diront qu’ils préféreraient aménager et entretenir la route tinghir Béni mellal qui est sur une distance de 120 km à vol d’oiseaux (280 km sur le trajet senieux actuel) et qui couterait beaucoup moins cher qu’un tunnel dans le tichka qui d’ailleurs ne nous faira gagner que moins de 40 minutes (11 km au lieu de 25.
    salutations

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *